Startup RH de la semaine : Recruteurs sous l’eau et candidats défiants, comment les réconcilier ?

La Startup RH de la semaine by le LAB RH

Les candidats se disent particulièrement agacés par « la non-réponse des recruteurs » avec 74% d’entre eux à n’obtenir quasiment jamais de réponse à leur candidature. Mais de l’autre côté, 65% des recruteurs se disent agacés de « recevoir trop de candidatures non-ciblés » (d’après une étude de RegionJobs). Mais comment réconcilier ces deux mondes ?

 

Les candidats sont-ils tous des divas ?

Les candidats en ont marre, et leur discours vis-à-vis des cabinets de recrutement ou services de recrutement interne est de plus en plus négatif. Ils ont été lassés par des pratiques parfois douteuses de quelques recruteurs sans scrupules, et c’est toute une profession qui en pâtit.

Amis recruteurs, comprenez leur frustration, et ayez en tête que les candidats disent souvent :

« Je ne perds plus de temps à faire une lettre de motivation, de toute façon on ne me répond jamais lorsque je fais une candidature spontanée, donc j’envoie juste mon CV ! »

« Je reçois toujours des réponses automatisées et dans le seconde même de ma soumission en ligne, bref personne n’a lu mon CV ! »

Pour les métiers en tension, où vous faîtes face à une pénurie de candidat, repensez votre processus de recrutement depuis la première prise de contact jusqu’à l’arrivée en entreprise. Ne vous arrêtez pas à la signature du contrat par exemple. Limitez au maximum les risques de frustrations ou déception du candidat lors de chaque point de contact (mail, entretiens, suivi, informations claires etc.)

Sur les métiers plus demandés, affinez au maximum votre offre d’emploi, soyez très clair sur le poste et sur le profil recherché. Pour ceux dont le CV ne correspond pas aux attentes, préparez plusieurs réponses types faciles à envoyer mais expliquant au candidat la raison du (expérience insuffisante, date de démarrage etc.)

 

Tous les recruteurs font-ils si peu d’efforts ?

Beaucoup de candidats pensent que les recruteurs n’ont pas grand-chose à faire d’autre que recevoir des CVs et passer des entretiens… Mais ce n’est si simple, et leurs journées sont souvent chargées. Sans en faire une généralité, voici ce que peut vivre un recruteur : arriver tôt le matin pour être le premier à consulter les CVs, prendre les briefs des opérationnels qui veulent toujours un mouton à 5 pattes et pour hier, sourcer, analyser les candidatures, appeler de nombreux candidats, rencontrer les plus intéressants et intéressés, s’assurer qu’ils passent ensuite le deuxième ou troisième entretien, faire passer un test si nécessaire, proposer un contrat et convaincre l’élu (s’il n’a pas déjà signé ailleurs quand le client interne a trop tardé à se décider …) et tout cela sur plusieurs postes ouverts en même temps.

Bref, un métier qui demande une grande rigueur et beaucoup d’organisation. Alors, oui, c’est humain, les choses moins prioritaires (pas forcément moins importantes ou inutiles, juste, moins prioritaires) peuvent passer à la trappe… et c’est souvent le cas du temps dédié aux réponses négatives et personnalisées aux candidats non-retenus.

Amis candidats, mettez-vous à la place du recruteur, et soyez humble et professionnel dans votre approche. La base reste de relire avant d’envoyer quoi que ce soit pour éviter les fautes d’orthographe, d’adresser vos mails ou lettres à la bonne personne, de mettre un titre de CV cohérent avec l’annonce à laquelle vous répondez, de préparer votre entretien en s’informant sur l’entreprise et le poste pour lequel vous êtes reçu, ou encore de prévenir en cas d’annulation car son temps est tout aussi précieux que le vôtre. Ciblez vos candidatures, et si vous n’avez pas le profil idéal, mais une vraie motivation pour le poste, alors argumentez-la pour intéresser le recruteur, sinon vous ne serez jamais reçu.

 

Comment l’intelligence artificielle peut résoudre un enjeu aussi “humain” ?

Même si les candidats et les recruteurs font un pas vers l’autre, difficile de satisfaire à la fois le manque de temps des recruteurs et la demande de plus d’attention et de personnalisation des candidats.

Chez Jai (www.hellojai.com), nous sommes convaincus qu’il est possible de résoudre cette problématique en introduisant un troisième élément au sein de cette relation.

Concrètement, cela prend la forme d’un agent virtuel intelligent (chatbot) qui va pouvoir :

  • informer, aider et accompagner le candidat qui s’intéresse à l’entreprise
  • l’orienter et lui présenter les offres qui correspondent à sa recherche
  • enregistrer sa candidature très simplement
  • qualifier son profil
  • et jusqu’à maintenir un vivier en permettant aux candidats de se mettre des alertes sur un poste donné.

C’est grâce au digital et à l’intelligence artificielle, que l’on va pouvoir rendre un service plus humanisé au candidat, tout en faisant gagner du temps aux recruteurs pour qu’ils puissent se concentrer sur leur métier : rencontrer et convaincre les meilleurs talents.

Notre crédo c’est d’utiliser la technologie pour rendre le processus de recrutement plus transparent, plus riche et plus humain.

Et vous, comment pensez-vous pouvoir réconcilier candidats et recruteurs ?

Valérie Touraine

Valérie Touraine

CEO & Co-founder chez Jai
En s’appuyant sur son parcours varié (ingénieure informatique, Business manager en société de conseil, fondatrice d’une première startup), Valérie a co-fondé JAI – The Jobs AI – le premier chatbot recrutement qui aide les candidats et va jusqu’à pré-qualifier leur profil pour faire gagner du temps aux recruteurs.
Valérie Touraine
Valérie Touraine

Valérie Touraine

En s’appuyant sur son parcours varié (ingénieure informatique, Business manager en société de conseil, fondatrice d’une première startup), Valérie a co-fondé JAI – The Jobs AI – le premier chatbot recrutement qui aide les candidats et va jusqu’à pré-qualifier leur profil pour faire gagner du temps aux recruteurs.