Mobilité interne : la solution à la fuite des talents ?

Les confinements successifs ont suscité chez de nombreux salariés des envies de changement et de renouveau. Une volonté qui rentre cependant en contradiction avec le besoin pour les entreprises de trouver de nouvelles compétences en interne du fait de la réduction des recrutements pendant la crise. Ce moment doit inciter les entreprises à investir massivement dans des solutions de mobilité interne afin d’éviter une possible fuite des talents.

Les salariés, partis pour rester ?

Il semblait évident qu’avec l’apparition de la Covid-19 et la baisse des recrutements, les services RH des entreprises voudraient tirer profit des compétences internes pour pallier le manque de nouvelles compétences et faire des économies. Faire plus avec moins a été et reste le leitmotiv de beaucoup d’entreprises. Toutefois, la crise a fait prendre conscience à bon nombre d’entre elles que la mise en place de solutions de mobilité interne était non seulement utile pour gérer la situation actuelle mais aussi nécessaire pour augmenter leur attractivité à l’avenir.

Le coup de « boost » de la mobilité interne répond à un besoin de changement observé dans la population. En effet, dans un sondage Ifop pour La Tribune, Europe 1 et Public Sénat, à l’issue du premier confinement, plus d’un tiers des Français souhaitaient déjà « changer de mode de vie ». Pour autant, il serait risqué de croire que toutes les personnes concernées voudraient, de ce fait, changer d’entreprise et/ou de métier. D’une manière générale, la crise sanitaire a coupé court aux envies de départ comme en témoigne la baisse du volume d’offres d’emplois de près de 27% en un an en France selon une étude publiée par Indeed en novembre 2020. Cela montre que s’il y a une mobilité externe dans un contexte comme celui-ci, elle est davantage subie que voulue.

Cette période marquée par l’incertitude a surtout poussé les salariés à rechercher de la stabilité et pas nécessairement à entamer des changements de grande ampleur. On note plutôt, chez certains, une volonté de changer de cadre de vie du fait des périodes de confinement. En revanche, si les entreprises peuvent accéder à ce type de requête via le recours au télétravail, il leur faut étoffer leur offre en termes de mobilité interne si      elles ne veulent pas perdre leurs talents dès que ces derniers auront l’occasion de faire jouer la concurrence.

Diversifier son offre pour répondre à la volonté de changement

C’est dans un contexte comme celui-ci que les employeurs doivent proposer des missions et opportunités qui ont du sens pour les employés afin de répondre à leurs envies de départ. C’est là que la carte de la mobilité interne prend tout son sens. Plusieurs types de mobilité interne peuvent être envisagés dans l’optique de s’adapter aux situations de chacun : des mobilités horizontales impliquant des changements de poste sur le temps long et des mobilités transverses à court terme où les salariés prennent part à des missions ou des projets.

L’enjeu est dès lors de mobiliser au mieux les viviers de compétences. Sur ce dernier point les services RH des entreprises restent à ce jour clairement désarmés et manquent de technologies ad hoc. Outre atlantique, les Talent Marketplace, permettent de suivre le salarié dans la gestion de ses tâches et dans l’évolution de ses compétences afin de lui proposer des opportunités qui lui correspondent. Une façon de consolider l’engagement des collaborateurs tout en permettant de conserver une forte culture d’entreprise.

Tirer les leçons de la crise

Avant la crise, les sociétés implantées dans les grands centres urbains n’avaient pas vraiment les armes pour lutter contre les départs de salariés en quête de conditions de travail plus agréables. Or la Covid-19 a permis aux entreprises d’être davantage flexibles et réactives quant aux demandes liées aux modes d’organisation du travail et aux missions. Il est donc important de capitaliser sur les enseignements de cette période pour proposer plus d’opportunités en interne et ainsi anticiper une potentielle fuite des talents au moment de la reprise.

Face à ces défis, les entreprises doivent être vigilantes à ne pas tomber dans le piège de revenir à une organisation pré-Covid quand l’activité reprendra son cours. La mobilité interne est un sujet à part entière et les derniers mois de la pandémie ont mis en avant la nécessité de créer de l’attractivité en interne. Il faudra veiller à garder ce paramètre en bonne place au sein des entreprises pour garder ses talents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.