Intérim : la vieille dame du recrutement est en pleine forme

Cela fait 60 ans que le travail temporaire est arrivé en France par le biais de Manpower. L’intérim qui a eu, longtemps, mauvaise presse, se veut acteur fort du marché de l’emploi. Et innove pour durer, de la formation au CDI intérimaire.

Fin septembre 2017, Manpower, la première entreprise de travail temporaire à s’être installée en France, a fêté ses 60 ans. Pour Jean-François Denoy, directeur général de Manpower France, « cet anniversaire important donne l’occasion de voir le chemin parcouru. Nous avons signé les premiers accords sur le travail temporaire avec la CGT en 1969… qui ont inspiré, en 1972, la loi réglementant le travail temporaire. Il y a 2 ans, en 2015, le rôle de l’intérim a été renforcé avec la loi sur la sécurisation de l’emploi (LSE). » Pour Manpower, cela débouche sur le CDI intérimaire*. « Un choix assez risqué mais juste. Cette année, 20 000 salariés en bénéficient. Notre métier est profondément utile. Mais il ne faut pas faire à l’intérim le mauvais procès de la précarisation. Il ne représente que 3 % de la population active. En France, le CDI est le contrat de travail le plus utilisé. »

 

Un tremplin pour engranger de l’expérience

L’intérim, selon les agences de travail temporaire, est un vrai tremplin pour engranger de l’expérience et se créer un réseau professionnel. Rémy Sultan, co-directeur du réseau d’agences d’intérim franchisées Alphyr, souligne « c’est un vecteur d’expérience et d’embauche. L’image négative de l’intérim, c’est fini. 20 % des intérimaires ont choisi ce mode d’emploi. »

Jean-François Denoy, lui, voit Manpower comme « l’agent qui accompagne les parcours professionnels de ses candidats et intérimaires, valorise leur talent et leur assure l’emploi en continu ».

 

Ubérisation renforcée ?

Mais l’intérim n’est-il pas tenté par l’ubérisation de l’économie ? Après tout, de plus en plus d’agences proposent des plateformes qui vont au-delà des « job board » et mettent en relation directe employeurs et employés qui peuvent « contractualiser » sur le net. Pour Rémy Sultan, créateur, il y a un ans, de l’offre digitale « Mistertemp’ », « peu importe le mode contractuel, l’objectif c’est que les gens travaillent. Et tant mieux s’il y a plus de possibilités entre salariés et entrepreneurs. »

 

Flexibilité, travail, liberté

Le directeur de Manpower, lui, est plus mesuré. « L’intérim est un lieu d’innovation sociale. Je suis un ancien DRH. Et je sais que ce qui fonctionne bien c’est l’équilibre entre le social et l’économique. D’ailleurs les ordonnances de la loi travail semblent aller dans ce sens. La société a de nouvelles attentes, les carrières professionnelles ne sont plus un long fleuve tranquille dans la même entreprise. Le monde va plus vite. Entreprises et salariés vont devoir se remettre en question. Pour autant, si la liberté et l’entreprenariat sont contraires au droit, cela sera plus compliqué. Il faut prendre garde à l’excès. »

 

Des rôles nouveaux

Au-delà de l’intérim pur, les entreprises de travail temporaires se sont également diversifiées. Elles proposent des solutions RH aux entreprises, ouvrent des plateformes spécialisées, proposent des formations… Bref, elles innovent pour rester au cœur du monde du travail.

*CDI intérimaire : Le CDI intérimaire est entré en vigueur à compter du 06 mars 2014 en application de l’accord sur la sécurisation des parcours professionnels des intérimaires conclu le 10 juillet 2013. C’est l’entreprise de travail temporaire qui emploie le salarié et lui propose des missions et des formations qualifiantes. Le salarié doit être à la disposition de l’entreprise pour effectuer les missions d’intérim. Il bénéficie d’une garantie minimale mensuelle de rémunération et des mêmes droits qu’un salarié classique.

 

600 000

Selon le baromètre Prism’emploi, « sur les 7 premiers mois de l’année 2017, le travail temporaire progresse de 8 %. Ce sont 45 000 emplois en équivalent temps plein supplémentaires qui ont été créés, par rapport à la même période en 2016. » L’intérim occupait près de 600 000 équivalents temps plein en France, en 2016. 7 257 agences d’intérim exerçaient en France en 2016 (chiffres Observatoire de l’intérim et du recrutement). Les salariés qui se sont tournés vers l’intérim l’ont fait pour trouver un emploi rapidement (72 % des sondés).

Myriam Tricoci

Myriam Robert, journaliste depuis une vingtaine d'années, aborde l'actualité avec curiosité. Elle travaille pour la presse grand public et pour des revues spécialisées.
Myriam Tricoci
Myriam Tricoci

Myriam Tricoci

Myriam Robert, journaliste depuis une vingtaine d'années, aborde l'actualité avec curiosité. Elle travaille pour la presse grand public et pour des revues spécialisées.