Génération Z : Comment les entreprises peuvent-elles accueillir la nouvelle promotion 2017 ?

Une transformation numérique s’impose pour attirer et conserver les meilleurs jeunes talents.

Quand arrive l’automne, les départements RH sont inondés de CV de nouveaux diplômés candidats à un poste. Or, cette année, la moisson de nouveaux talents présente certaines différences majeures par rapport aux précédentes. Ceux-ci sont en effet largement considérés comme les premiers membres de la génération Z à faire leur entrée sur le marché du travail. Une génération encore plus férue de numérique. De fait, ces jeunes n’ont jamais connu le monde sans Internet, de sorte que, non seulement ils sont à l’aise avec les nouvelles technologies, mais ils ne sauraient s’en passer.

Pour attirer les meilleurs talents, les entreprises se doivent d’investir dans des technologies bureautiques capables d’offrir une expérience utilisateur alliant intuitivité et facilité pour ces nouveaux employés. S’il est important de déployer les solutions technologiques les plus récentes, les entreprises doivent également privilégier celles permettant de conserver la maîtrise de leurs contenus et de préserver leur conformité.

 

Comprendre leurs attentes

La nouvelle génération de diplômés a grandi avec le numérique. La plupart d’entre eux n’ont guère de souvenirs non liés aux nouvelles technologies : ils ont reçu des téléphones mobiles, voire des smartphones, dès leur jeune âge et utilisent Internet quasiment en permanence. La technologie faisant constamment partie de leur vie, les membres de cette génération attendent le même niveau de simplicité dans l’entreprise. En conséquence, la promotion 2017 préfère évoluer dans un environnement de travail similaire à ce qu’elle connaît sur les réseaux sociaux. C’est-à-dire se connecter une fois pour toutes et naviguer en toute transparence d’une plate-forme à une autre, puis se déconnecter d’un simple clic. Pour en faire une réalité et attirer les meilleurs talents, les entreprises doivent investir dans des solutions appropriées.

 

L’évolution de la culture au travail et l’apport possible de la technologie

Les attentes de cette nouvelle génération, conjuguées à la généralisation du télétravail et à l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, entraînent une évolution de l’environnement de travail. Alors que les technologies d’entreprise évoluent elles aussi, la bonne nouvelle est qu’un remplacement massif des anciens systèmes n’est pas nécessaire. Il existe une solution facile, économique et efficace pour permettre aux entreprises de faire face à cette évolution. Déployer des technologies numériques sur le lieu de travail, afin d’offrir une expérience utilisateur unifiée, de sorte que les employés puissent accéder à toutes les informations dont ils ont besoin à partir de tout équipement et à tout moment. Certaines de ces technologies numériques présentent une interface personnalisable, résultant en un espace de travail parfaitement adapté à leur besoin.

 

L’importance de la sécurité

Face à la nécessité de s’adapter à la culture d’un environnement de travail mobile, accessible en permanence et de n’importe où, les entreprises – en particulier celles opérant dans des secteurs fortement réglementés – doivent sécuriser l’accès aux données peu importe le lieu où le moment. Parallèlement au désir croissant de flexibilité de l’environnement de travail, le nombre de réglementations auxquelles les entreprises doivent se conformer se multiplient. La sécurisation des données devient donc de plus en plus complexe. En outre, les employés utilisent de plus en plus d’applications – de 10 à 50 par jour – mais aussi d’équipements (jusqu’à trois par jour pour certains d’entre eux). Tandis que la nature du travail évolue, les technologies d’entreprise doivent faire de même pour offrir des protections adéquates.

 

Veillez à la protection des contenus quelle que soit leur destination

Alors que le travail n’est plus confiné dans les murs de l’entreprise, les contenus et les mesures de sécurité doivent accompagner les employés dans leurs déplacements. Le personnel travaillant à distance et les cycles de révision entre plusieurs intervenants produisent de multiples versions d’un même fichier. Un document donné peut circuler entre un grand nombre de sites, d’équipements et de départements de l’entreprise en l’espace de quelques minutes.

Cette situation peut engendrer divers problèmes de sécurité, au point que des personnes non habilitées peuvent avoir accès à des données sensibles, parfois même en infraction avec des réglementations locales. Les employés ne peuvent pas – et ne doivent pas – être tenus responsables du respect des procédures. C’est aux entreprises qu’il incombe d’évaluer les technologies susceptibles d’atténuer ce risque, en sécurisant le transport des documents sensibles quelle que soit leur destination. Ceci, afin que les autorisations et restrictions appropriées soient en vigueur à tout moment afin de préserver la conformité de l’entreprise.

 

Evaluer votre infrastructure

Pour offrir la flexibilité et la mobilité attendues par les diplômés de 2017, les entreprises s’appuient sur des infrastructures complexes, comprenant une multitude d’applications, de programmes, de logiciels et de serveurs aussi bien sur site que dans le cloud. Les équipes informatiques sont chargées du suivi de la sécurité et des autorisations de chaque employé entre ces différentes infrastructures. Une situation qui facilite les fuites, d’autant que la prolifération des équipements et le télétravail deviennent la norme. La création d’un profil unique valable sur l’ensemble des plates-formes et des serveurs permet d’optimiser les processus et, à l’informatique, de centraliser la gestion des règles de sécurité.

 

Flexibilité et évolutivité du stockage

Ayant grandi avec l’habitude de voir la technologie automatiser ses tâches, la promotion 2017 s’attend à un environnement de travail où les tâches subalternes – par exemple déterminer où il convient de stocker un document pour qu’il soit en sûreté – seront automatisées. Cependant, alors que des volumes croissants d’informations sont produits sur différents équipements et sites, les entreprises doivent non seulement savoir à quelles informations elles ont accès mais aussi où celles-ci sont et seront stockées de manière sécurisée. A cette fin, elles doivent examiner de près leurs systèmes existants pour déterminer la combinaison optimale de logiciels permettant l’automatisation du stockage. Et ce, sans compromettre la flexibilité ni la sécurité.

 

Réévaluer les politiques en matière d’équipements

Une personne possède en moyenne quatre ou cinq équipements connectés à Internet et s’attend à pouvoir travailler sur chacun d’entre eux. C’est d’autant plus le cas pour les membres de la promotion 2017, accoutumés à jongler en permanence entre l’ordinateur portable, le smartphone et la tablette. Pour offrir cette souplesse à leurs collaborateurs, les entreprises doivent réévaluer leurs politiques en matière de BYOD et de CYOD (Bring/Choose Your Own Device), des sujets qui sont depuis longtemps épineux à traiter.

Pour rendre les employés opérationnels sur les équipements de l’entreprise, les départements RH et informatiques peuvent avoir à exécuter des programmes complexes et coûteux d’intégration. Définir des autorisations, sécuriser les équipements et veiller à la conformité entre les plates-formes pour chaque employé est aussi très chronophage. Une expérience utilisateur unifiée permet d’optimiser le processus d’intégration. Les équipes RH et informatiques peuvent en effet créer un seul profil par employé, accessibles sur tous les équipements. Le résultat : une réduction des délais et des coûts de recrutement de nouveaux collaborateurs et une politique plus souples concernant les équipements.

La nouvelle moisson de jeunes talents bouleverse d’ores et déjà l’environnement de travail. Elle exige une priorisation du numérique pour leur permettre de passer sans difficulté des réseaux sociaux à leurs tâches professionnelles. Pour les attirer, les entreprises doivent répondre résolument à leurs attentes, et leur offrir un environnement transparent sans compromettre la sécurité ni la conformité.

Pascal Vitoux