Entretien vidéo différé, 5 conseils pour le réussir

Les entretiens de présélection par vidéo différée sont devenus une pratique courante. Le nombre de candidats invités à passer un entretien vidéo différé a augmenté, sur la dernière année, de 250% (1). Le candidat postule à une offre d’emploi par vidéo, en l’enregistrant en amont, via sa webcam ou son smartphone, et répond à quelques questions préalablement définies par le recruteur. C’est un moyen de procéder plus rapidement à la présélection de candidats, d’économiser sur les coûts et d’enclencher le processus de recrutement beaucoup plus rapidement.

 

Alors comment réussir facilement son entretien vidéo différé ?

La possibilité de marquer les esprits lors d’un entretien vidéo différé peut requérir la connaissance de pratiques différentes de celles utilisées pour des entretiens d’embauche « classiques ».
Visiotalent, leader du recrutement d’une nouvelle génération basé sur la vidéo en ligne, livre 5 meilleurs conseils pour réussir un entretien vidéo différé.

 

1- S’installer dans un environnement adapté

L’environnement dans lequel l’enregistrement de la vidéo sera réalisé est très important. Chaque image et chaque son sera enregistré. Le lieu doit être confortable et calme : le bruit ne doit pas interrompre l’enregistrement. Le téléphone doit être mis sur silencieux, la télévision éteinte etc.  Côté lumières, les environnements sombres et trop éblouissants doivent être évités ; pas de contre-jour non plus. Le lieu doit être le plus neutre possible (il vaut mieux faire son enregistrement depuis son salon que la cuisine ou la salle de bain par exemple). L’ordinateur ou le smartphone doit être posé sur une surface plane et stable, et le son, la webcam et la connexion opérationnels.

 

2- Réglage technique

Avant de commencer l’entretien vidéo, les candidats doivent s’assurer que tous leurs équipements sont correctement installés et réglés. Les informations techniques sont généralement directement communiquées par le recruteur ou la solution d’entretien vidéo différé : besoins en termes de navigateurs, vitesse de connexion internet et gestion des paramètres de confidentialité pour garantir que la webcam et le microphone sont actifs.
Il est toujours préférable de préparer son équipement informatique avant l’entretien et de faire quelques tests à l’avance.

 

3- Préparation et anticipation

Bien se préparer pour avoir confiance en soi et en son discours est une clé de la réussite d’un entretien. L’entraînement proposé par la solution d’entretien vidéo différé permet d’être à l’aise avec le processus avant de démarrer.
Visiotalent aide les candidats à être prêts et performants pour leur entretien en leur mettant à disposition un guide étape par étape, des tutoriels, des programmes de coaching, ainsi qu’un module d’entraînement qui reprend exactement les mêmes conditions que celles choisies par le recruteur pour le véritable entretien vidéo, mais avec des questions fictives. C’est un moyen efficace de se familiariser avec les questions qui pourront être posées pendant l’entretien, avec le même temps imparti pour y répondre.

 

4- Aller à l’essentiel 

Le temps imparti se situe entre 30 secondes et 2 minutes pour répondre à chaque question. Cela peut paraitre court, mais c’est suffisant pour répondre. Il s’agit de parler clairement et de bien articuler sans se précipiter. La réponse doit être adaptée en fonction du temps disponible : il faut alors être synthétique et se concentrer sur des phrases courtes en illustrant ses arguments pour défendre sa réponse (Éviter les « humm » et autres tics de langage). Il est mieux de parler de 3 éléments en les détaillant bien, plutôt que d’en lancer une dizaine sans prendre le temps de les développer.

 

5- L’entretien différé, une occasion pour se démarquer

Grâce à la vidéo, le candidat a l’opportunité de faire forte impression. Cette méthode permet en effet aux recruteurs de mieux détecter le potentiel des candidats. La première impression compte ! Habillé de manière appropriée, le recruteur reconnaîtra le sérieux de la candidature. La tenue sera adaptée au secteur d’activité.
La vidéo laisse de plus la possibilité de dynamiser la présentation et de renforcer la prise de parole grâce aux gestes et aux expressions du visage. Le candidat doit véhiculer une image positive : il s’agit de se sentir à l’aise et sourire pour montrer un enthousiasme et une empathie qui auront une influence assurée sur le recruteur. Ce dernier pourra alors évaluer si l’attitude du candidat serait adéquate au sein de son équipe. Pour donner une impression bénéfique, il suffit de se positionner face à la caméra et de regarder celle-ci, cela donne un air plus confiant. Tout entretien est stressant, même différé, il s’agit cependant de rester naturel.

Comparativement à un entretien de pré-qualification par téléphone, ces courtes vidéos permettent également aux recruteurs d’être d’autant plus sensibilisés par la personnalité des candidats.

 

 

La valorisation capitale des soft skills

L’entretien vidéo différé est une opportunité incontestable pour les candidats : ils ont alors la possibilité de s’exprimer au-delà de leur CV et de révéler leur personnalité. La vidéo permet d’évaluer les fameuses « soft skills », considérées comme aussi importantes que les hard skills, et impossibles à appréhender sur la base d’un simple CV. En effet selon une étude publiée par le Groupe Adecco (2), 81 % des recruteurs refusent des candidats qui ont des soft skills insuffisantes. L’enquête confirme ce que les candidats et les collaborateurs ont déjà deviné : 15 % estiment qu’ils ratent des opportunités par manque de soft skills. 48 % l’ignorent complètement.

Grâce à l’entretien vidéo différé, les candidats ont la possibilité de se différencier des autres candidats et de devenir aux yeux du recruteur davantage qu’une feuille de papier. Ils évitent les déplacements inutiles, et passent l’entretien quand ils le souhaitent.

 

1 Sondage réalisé en 2016 et 2017 auprès de candidats inscrits sur le site emploi Meteojob.com
Les soft skills sont essentielles pour la réussite professionnelle

Gonzague Lefèbvre

Gonzague Lefèbvre

Diplômé de NEOMA Business School en 2012 et d’un Master en Entreprenariat à la Stanford University, Gonzague Lefebvre, accompagné de Louis Coulon,constateque le CV reste un outil limité pour un jeune diplômé cherchant à faire valoir son parcours et ses soft skills. Les deux jeunes diplômés imaginent alors une solution d’entretien vidéo différé, permettant à la fois de simplifier et de raccourcir les process de recrutement tout en les qualifiant au mieux, et de valoriser les personnalités des candidats. En effet, cet outil donne la possibilités aux candidats depouvoir s’exprimer davantage que ne le permettrait un CV traditionnel.

Gonzague s’occupe actuellement de la définition de la stratégie de Visiotalent et de sa mise en oeuvre opérationnelle en France, en Espagne, en Italie et au Benelux.
Gonzague Lefèbvre

Les derniers articles par Gonzague Lefèbvre (tout voir)

Gonzague Lefèbvre

Gonzague Lefèbvre

Diplômé de NEOMA Business School en 2012 et d’un Master en Entreprenariat à la Stanford University, Gonzague Lefebvre, accompagné de Louis Coulon, constate que le CV reste un outil limité pour un jeune diplômé cherchant à faire valoir son parcours et ses soft skills. Les deux jeunes diplômés imaginent alors une solution d’entretien vidéo différé, permettant à la fois de simplifier et de raccourcir les process de recrutement tout en les qualifiant au mieux, et de valoriser les personnalités des candidats. En effet, cet outil donne la possibilités aux candidats de pouvoir s’exprimer davantage que ne le permettrait un CV traditionnel. Gonzague s’occupe actuellement de la définition de la stratégie de Visiotalent et de sa mise en oeuvre opérationnelle en France, en Espagne, en Italie et au Benelux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *