Marque employeur et sens du travail, un cocktail gagnant ?

Cela fait maintenant des années que l’on entend parler de la marque employeur. Ce concept – qui est apparu à la fin des années 1990 – fait aujourd’hui partie intégrante de la vie de l’entreprise. Si la marque employeur se retrouve à travers le marketing, la communication, elle construit sa réputation sur le long terme à travers les retours des employés et des futurs candidats. Avoir une marque employeur attractive est un travail continu qui demande de l’énergie, de la créativité et du temps. Mais est-ce que la marque employeur suffit pour attirer et fidéliser les talents? 

La marque employeur : bien que essentielle, elle ne fait pas tout

La guerre des talents faisant rage, les sociétés n’ont d’autre choix que d’innover constamment pour se démarquer et faire la différence aux yeux des employés. On parle souvent des candidats et des astuces pour faire la différence lors des entretiens d’embauches mais on oublie que les entreprises aussi doivent faire leurs preuves et trouver le moyen d’attirer leurs futures recrues.

La concurrence entre les entreprises est rude et elles doivent toutes redoubler d’efforts pour représenter au mieux l’ADN de leur structure. Une société doit avoir une belle image interne mais aussi externe. En d’autres termes, il s’agit d’être attractif aux yeux des futurs employés tout en fidélisant les collaborateurs actuels. En quoi cela consiste t-il? Une communication accrue et une forte présence sur les réseaux sociaux. Et bien évidemment privilégier la Qualité de Vie au Travail en proposant des avantages fonctionnels, économiques, psychologiques, une bonne rémunération, un accès à des formations, etc.

Grâce à tous ces privilèges, les employés feront la publicité de leur entreprise sans s’en rendre compte et porteront la réputation de leur employeur à l’extérieur. 

La digitalisation ne doit pas être laissée de côté. En effet, elle ne fait que renforcer et diffuser plus largement le message de la société modèle et bienveillante où il fait bon vivre.

La stratégie de la marque employeur, bien que très efficace, ne dure qu’un temps si les attentes individuelles de chaque salarié ne sont pas suffisamment prises en considération. Ne l’oublions pas, la nature humaine passe avant tout. Tous les avantages précédemment cités sont ils vraiment suffisants sur le long terme pour aider les employés à s’épanouir? Les candidats sont de plus en plus en quête de sens, ils recherchent un poste en adéquation avec leurs valeurs, leurs attentes et leurs objectifs personnels et professionnels.  Bien sûr, tout est relatif et chaque employé/candidat a une idée bien précise du sens qu’il donne à sa carrière. La marque employeur est une bonne chose mais l’accompagnement des employés dans leur quête d’harmonie au travail c’est encore mieux. S’ils trouvent leur voie et qu’ils s’épanouissent dans leurs fonctions, ils seront les vrais ambassadeurs de la société.

Les candidats sont en quête de sens

Sujet délicat et vaste puisque chaque individu à une idée bien précise de ce qui le rend heureux. Exercer un métier spécifique car nous avons un diplôme dans ce secteur ne suffit plus. Aujourd’hui, et surtout après les 3 derniers mois, les employés veulent accéder à un poste où ils pourront mêler compétences professionnelles,  valeurs et mettre en avant leurs soft skills. Ils ont besoin de se sentir utiles mais aussi épanouis, entendus et valorisés dans ce qu’ils font.

La quête de sens est très relative et diffère en fonction de chaque personne. Quand certains voudront un poste où ils pourront aider les autres, d’autres auront besoin d’être challengés et d’avoir des objectifs clairs et ambitieux. Pour d’autres encore, il est crucial de faire quelque chose d’utile à la société. Comment savoir ce qui rend heureux un employé? En l’écoutant et en l’accompagnant dans sa montée en compétences. Proposer un poste avec un salaire attractif et des avantages à un candidat ne suffit plus tout comme donner une promotion à un salarié. Si cela n’a aucun sens pour eux, ils ne seront pas plus épanouis.

Les managers et les RH sont en première ligne ici, ils doivent développer la marque employeur, donc intérêt collectif, tout en écoutant les demandes des employés, soit intérêt individuel. C’est une tâche très compliquée car cela prend du temps, de l’énergie et il n’est pas toujours possible de répondre aux attentes de tout le monde. Si tout le monde donnait la même valeur au travail et avait les mêmes ambitions, cela serait plus clair et plus facile mais ce n’est pas le cas. Il s’agit donc d’accompagner chacun des collaborateurs de façon différente notamment à travers les entretiens individuels par exemple ou tout simplement en leur demandant ce que le travail signifie exactement pour eux.

Lorsqu’on sait pourquoi un salarié fait ce qu’il fait et ce qui le rend véritablement heureux, on peut l’aider dans ce sens et il devient ainsi plus productif. Car il mobilise toute son énergie dans des tâches qui lui plaisent et il travaille d’autant plus et mieux car il est reconnaissant d’avoir été écouté et entendu par sa hiérarchie.

L’union fait la force

Nous l’avons bien remarqué pendant le confinement, lorsque les salariés se sentent écoutés et épaulés, ils travaillent mieux et ce même s’ils ne sont pas complètement satisfaits par leurs fonctions. L’heure n’était pas à la plainte mais à l’union et l’entraide. L’équation est simple: marque employeur + sens au travail = productivité. La marque employeur, même si elle ne suffit pas sur du long terme, est nécessaire voire vitale dans une société. Elle représente l’identité de la structure mais aussi l’image qu’elle dégage et le confort qu’elle apporte à ses collaborateurs. Le salarié quant à lui, a besoin de travailler et ce même si parfois il n’apprécie pas totalement ce qu’il fait.

La communication est la base de tout ici. Si tout le monde pouvait avoir tout ce qu’il veut, ce serait trop beau et trop facile. Il faut faire et vivre avec les exigences des uns et les frustrations des autres tout en continuant à avancer. Malgré les diplômes et expériences acquises, si le salarié n’est pas en phase avec ses propres valeurs, il ne sera pas efficace dans ses missions à effectuer. Un informaticien (ou un DRH ou même un responsable comptable) est un être humain avant d’être un informaticien : venir tous les matins au travail en étant apaisé et épaulé, et ce même si nous ne recevons pas tout ce que nous demandons à notre employeur, fait toute la différence et finit par se ressentir dans les résultats. 

C’est un fait la marque employeur est essentielle à la société et lui permet de monter en puissance. Cependant, il ne faut pas oublier que les employés sont au cœur de cette stratégie. Pour continuer à être attractive – et fidéliser ses salariés – une entreprise ne doit cesser d’écouter ses salariés, d’être présente et faire preuve d’humanité.

Zineb Mcharek
Les derniers articles par Zineb Mcharek (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.