2021, et si on travaillait autrement ?

Au grand dam des économistes, les extraordinaires progrès technologiques de ces dernières années n’ont pas entraîné de changement radical en matière de productivité et de PIB. Bien entendu, leur impact sur nos modes de vie et nos méthodes de travail est indéniable. Nous constatons tous les jours que les ordinateurs portables, tablettes et autres assistants digitaux nous permettent d’éliminer les tâches répétitives, de réduire les coûts, et d’améliorer notre productivité et notre service client.

Cependant, les évolutions actuelles restent moins profondes, moins structurelles que celles observées pendant la révolution industrielle. Contrairement à ce que laissaient entrevoir les romans de science-fiction, les tâches ménagères ne sont pas devenues obsolètes, et la hausse du temps libre reste très relative.

2020 a été une année étrange et difficile. Pourtant, ces événements nous ont forcés à optimiser nos ressources technologiques pour les mettre au service de nos vies personnelles et professionnelles. Pour la majorité des salariés, le passage au télétravail a bouleversé toutes les habitudes familiales et professionnelles. Mais après un temps d’adaptation, certains changements ont eu un effet intéressant sur l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle.

Les managers ont dû trouver de nouvelle façon de communiquer avec leurs équipes, certains ont dû aménager leurs journées pour s’adapter aux exigences familiales tout en s’assurant un droit à la déconnexion. Globalement, les managers ont dû apprendre à faire confiance à leurs équipes.

La révélation du tout numérique pour les entreprises

Bien que l’adaptation au numérique a pris du temps, les réunions sont désormais moins fréquentes, plus courtes et plus efficaces. Les déplacements à l’international, qui avaient lieu régulièrement pour des réunions internes ou des rendez-vous clients, ont pratiquement disparu. Difficile d’ignorer la question qui s’impose : dans le « monde d’avant », cela valait-il vraiment la peine de passer deux jours à voyager pour assister à une réunion de deux heures ?

Les évènements professionnels se déroulent désormais en ligne. Un passage au numérique appréhendé mais qui a été une révélation pour certains. Les participants peuvent être plus nombreux, plus actifs, et n’hésitent pas à aller et venir entre les différentes sessions. Leurs retours sont extrêmement encourageants, et le coût financier et temporel sont réduits de façon significative. Sans proscrire le présentiel, il semble intéressant de remettre en cause nos habitudes, de ne plus en faire des automatismes.

Forcés de modifier nos comportements, on en vient à s’interroger sur la raison de notre attachement à notre ancienne routine. Les technologies de visioconférence existaient bien avant la pandémie, mais elles étaient rarement utilisées. Aujourd’hui, nous savons que leur efficacité n’est plus à prouver, qu’elles sont faciles à maîtriser et simples à mettre en œuvre. Dans l’immense majorité des cas, elles ne sont plus une simple solution de remplacement, mais une option viable.

Les résultats sont sans appel : optimisation du temps de travail grâce à une meilleure utilisation des technologies et diminution des déplacements à fort impact environnemental. On peut en conclure que le manque de gain de productivité n’était pas lié aux avancées technologies en elles-mêmes, mais plutôt à une certaine réticence de la part des entreprises et de leurs dirigeants… 

Cette crise sans précédent aura au moins eu l’avantage de nous rendre plus réceptifs aux nombreuses opportunités offertes par les nouvelles technologies. Celles-ci ont le potentiel d’améliorer l’équilibre entre vie privée et professionnelle, tout en améliorant la productivité et en assurant un avenir plus durable.

Kevin Jones
Les derniers articles par Kevin Jones (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.