Tout connaître sur le eDoing

Les occasions et les moyens de se former sont multiples : dans notre vie personnelle comme professionnelle, nous sommes en permanence entourés de vidéos, lectures, conférences, conseils… sur des sujets aussi riches que variés. Mais même si nous arrivons à mémoriser la majorité de ce contenu, le plus grand obstacle auquel nous faisons face reste le passage à l’action. Or, c’est justement face à cet « intention-action gap » que nous somme le plus souvent démunis : nous avons beau savoir, nous n’arrivons pas à faire !

Ce constat, commun à tous, a été le socle des recherches en sciences comportementales, et plus particulièrement de la théorie du nudge, le prix Nobel d’Economie 2017. Selon cette théorie, il serait possible d’aider les individus à passer des intentions à l’action en modifiant leur architecture de choix grâce à des nudges, c’est-à-dire des incitations douces encourageant à prendre la meilleure décision

Il n’aura ensuite fallu que 2 ans pour que cette théorie soit appliquée dans certaines politiques publiques, puis au monde de l’entreprise privée : en accompagnant l’ancrage comportemental des formations, les sciences comportementales apportent une solution au problème de désengagement croissant auquel font face les directeurs formation et transformation des entreprises. C’est en alliant ces théories innovantes et la puissance de l’intelligence artificielle que sont nées les solutions de eDoing.

Le eDoing en 3 points

Le eDoing permet de traduire les apports théoriques des formations en actions concrètes, directement applicables au quotidien des collaborateurs. Ces outils d’accompagnement digitaux disposent de dizaines de fonctionnalités de nudge, qui accompagnent l’utilisateur tout au long de son parcours apprenant.

  1. Suivant un rythme adapté à leur quotidien, les apprenants reçoivent un choix ciblé de micro-actions, personnalisées et au moment opportun.  Ces actions, réalisables en quelques minutes, permettent à la fois de booster l’apprentissage, et directement d’améliorer le quotidien des collaborateurs. En fonction des actions acceptées, validées ou non, l’algorithme apprenant affine en continu la personnalisation des actions proposées.
  2. Accepter la bonne micro-action est une première étape cruciale, mais elle ne suffit pas pour passer à l’action. Ainsi, la solution propose un accompagnement adapté aux habitudes de chaque utilisateur, notamment en aidant à la planification de ces actions, et en personnalisant les rappels aux outils utilisés au quotidien dans l’entreprise. Les utilisateurs sont ainsi accompagnés pour réaliser l’action de la bonne manière et au bon moment pour optimiser leur apprentissage.
  3. Rendre le développement professionnel par l’action représente également l’avantage de le rendre concret et mesurable. Ainsi, les utilisateurs suivent leur progression matérialisée par l’évolution de leurs comportements, et peuvent interagir avec la solution pour cibler les comportements dont ils souhaitent faire des habitudes. Une fois un parcours terminé, ils ont en outre une vision globale sur leur progression, leur permettant ainsi de définir, seul ou avec l’aide de leur manager, l’étape suivante de leur parcours.   

Déployer le eDoing dans votre organisation

Lorsqu’il s’agit des dispositifs de formation professionnelle, l’hybride est devenue la norme. Le eDoing n’y fait pas exception, puisqu’il s’intègre aisément avec les modalités plus informatives. Les tableaux de bord des solutions de eDoing permettent même de mesurer la mise en pratique quotidienne, et donc d’augmenter le ROI des formations et transformations.

En blended, c’est-à-dire après un atelier ou session de formation, le eDoing favorise une mise en pratique opérée en parallèle d’ateliers. La flexibilité et la rapidité de ces solutions leur permettent de rapidement s’adapter à un plan de formation existant ; toutefois, leur efficacité est décuplée lorsque la phase d’ancrage comportementale est anticipée dès l’élaboration des supports théoriques.

Les solutions de eDoing peuvent aussi être déployées en standalone : dans ce cas, les parcours de micro-actions sont mis à disposition des collaborateurs, qui ont la possibilité d’y accéder librement en fonction de leurs enjeux et besoins en formation. Ce format, particulièrement adapté lorsqu’il est conçu en cohérence avec le référentiel de compétences, permet de placer l’action au cœur de l’accompagnement apporté aux collaborateurs.  

Alice Loesch