Temps de travail : les Français plus proches de la semaine de six jours que de quatre jours

Selon une étude Citrix, un travailleur français sur deux effectue au minimum quatre heures supplémentaires par semaine

Tiraillée entre l’idéalisme des uns et le pragmatisme des autres, la semaine de quatre jours est plus que jamais un sujet d’actualité. La flexibilité au travail est-elle un leurre ou une opportunité ? La technologie et les nouveaux modes de travail font souffler le vent du changement et la frontière entre heures contractuelles et temps de travail est de plus en plus floue. Dans ce contexte, la semaine de quatre jours serait-elle la solution pour maintenir l’équilibre entre vie perso et vie pro ? Est-elle véritablement envisageable et surtout viable ?

Citrix a tenté de répondre à ces questions au travers d’une enquête réalisée par l’institut de recherche OnePoll auprès de 2 750 travailleurs actifs dans plusieurs pays Européens dont la France, l’Italie, L’Allemagne, le Royaume-Uni, la Norvège, la Suède et le Danemark.

Contrat de travail et flexibilité : un mariage pas si simple…

Dans l’ensemble, plus de la moitié (54%) des répondants ont un contrat de travail à horaires fixes sans flexibilité alors que 28% ont un contrat de travail à horaires fixes avec une certaine souplesse (horaires d’arrivée ou de départ flexibles).

Ils sont 11% à, contractuellement, disposer d’une flexibilité totale de leurs horaires de travail, faisant de la France le pays européen où ce régime est le plus répandu.

Évidemment, les heures de travail contractuelles ne reflètent pas nécessairement la réalité.

53% des personnes interrogées déclarent spontanément travailler quatre à huit heures par semaine en plus de leurs heures contractuelles.

82 % des sondés français, tous types de contrats confondus, admettent travailler en dehors des heures de bureau, que ce soit pour répondre à un appel professionnel, à un email ou à un message instantané. Près de la moitié d’entre eux (49%) effectuent ces heures supplémentaires « quotidiennement » ou « presque tous les jours ».

Un constat qui amène un peu plus de la moitié (54%) des Français à se sentir plus proche d’une semaine de six jours que de quatre jours. Un sentiment collectif puisque ces mêmes 54% conviennent que le recours systématique aux heures supplémentaires est un phénomène national.

Charge de travail, culture et technologie

En France, 39% des travailleurs attribuent leurs heures supplémentaires à des charges de travail irréalisables. Rien d’étonnant donc qu’un peu plus du tiers (35%) des répondants estime qu’un nombre plus important de collaborateurs représenterait la solution la plus adéquate à ce problème, et les aiderait à faire face à leur charge de travail exponentielle.

Une meilleure expérience des outils technologiques (16%) et des processus d’automatisation (18%) est également évoquée pour réduire le recours aux heures supplémentaires.

Les technologies d’automatisation pourraient contribuer à rationaliser la charge de travail d’une personne en lui permettant de se consacrer plus à son cœur de métier sans devoir systématiquement allonger le temps de travail. Il est essentiel que les travailleurs aient accès à des outils informatiques intuitifs et conviviaux qui permettent d’organiser et prioriser les tâches

Karine Calvet, directrice générale de Citrix France

Plus généralement, 65% des personnes interrogées s’accordent pour reconnaître qu’une meilleure productivité nécessite que les employeurs s’ouvrent à de nouvelles formes de travail.

Oui à la semaine de 4 jours… mais pas n’importe comment !

Parmi elles, certains évoquent la semaine de 4 jours. 84% des français choisiraient volontiers de ne travailler que quatre jours par semaine si on leur proposait.

Un tiers d’entre eux (34%) pense même que leur employeur va le leur proposer dans les 10 prochaines années.

Cependant 71 % d’entre eux n’opterait pour cette alternative qu’à condition de conserver le même niveau de salaire. Ils sont 54% à exprimer des inquiétudes quant aux congés dont ils bénéficieraient et 55% estiment que la pression se ferait plus intense. 

Les entreprises aussi sont préoccupées par l’impact qu’une semaine plus courte pourrait avoir sur la productivité. Un tiers de l’ensemble des personnes interrogées (33%) pensent qu’elles ne seraient pas en mesure d’effectuer leur travail en quatre jours ; une opinion partagée par 46% des français interrogés. Un peu plus d’un tiers (38 %) des répondants craignent également qu’une semaine de travail plus courte ne nuise à la productivité du pays tout entier.

Toutefois, de nombreux éléments indiquent qu’un raccourcissement de la semaine de travail pourrait conduire à des niveaux de productivité supérieurs et qu’il est donc nécessaire de repenser le travail de manière efficace et optimisée. En tout cas, ils sont 51 % à estimer qu’une approche dépassée du travail freine la productivité potentielle.

Alors que le débat sur la semaine de quatre jours s’intensifie dans les secteurs public et privé, la technologie représente une opportunité évidente de soutenir des méthodes de travail repensées et plus efficaces. Nous avons encore du chemin à faire avant d’atteindre une approche du travail reposant sur la technologie et les résultats. La productivité ne dépend pas du temps passé au bureau mais de processus efficaces, de l’engagement des collaborateurs et d’espaces de travail numériques capables de soutenir les besoins des utilisateurs où, quand et comme ils le souhaitent.

Karine Calvet, directrice générale de Citrix France.

A propos de Citrix

Citrix aspire à rendre possible un monde où les gens, les organisations et les équipements sont connectés et accessibles de façon sécurisée afin de rendre l’extraordinaire possible.

Citrix aide ses clients à ré-imaginer le futur du travail en fournissant l’espace de travail numérique sécurisé le plus complet qui unifie les applications, les données et les services dont les collaborateurs ont besoin pour être productifs, et simplifie la capacité de l’informatique à adopter et à gérer des environnements cloud complexes.

Les solutions Citrix sont utilisées par plus de 400 000 organisations, dont 99% des Fortune 100 et 98% du Fortune 500.

La Rédaction

HR Voice, un Webzine RH dédié à ceux qui veulent comprendre, débattre, répandre, entendre et faire entendre !
L’ambition de HR VOICE est de faire l’actualité RH en ayant comme leitmotiv une ligne éditoriale exigeante et innovante.
www.hr-voice.com
La Rédaction
La Rédaction

La Rédaction

HR Voice, un Webzine RH dédié à ceux qui veulent comprendre, débattre, répandre, entendre et faire entendre ! L’ambition de HR VOICE est de faire l’actualité RH en ayant comme leitmotiv une ligne éditoriale exigeante et innovante. www.hr-voice.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *