Télétravail : quel impact sur les salariés à long terme ?

Quelles entreprises ont le mieux pris le virage ?

Depuis le 17 mars, plus de 5 millions de salariés français  sont passés en urgence au télétravail. Près de deux mois plus tard, quels sont les effets sur eux de ce changement inédit ? Comment leur relation au travail et à leur entreprise évolue-t-elle ? Et, côté employeurs, lesquels ont le mieux réussi cette transition ?

C’est pour répondre à ces questions que ChooseMyCompany a lancé l’enquête WorkAnywere®. Plus de 10000 collaborateurs, travaillant pour plus de 200 entreprises, ont répondu. Pendant toute la durée du confinement, l’enquête, les analyses et les benchmarks sont accessibles gratuitement pour tous les employeurs.

Parmi les principaux enseignements de l’enquête WorkAnywere® :

Le télétravail, on adore ou on déteste !

Parmi ceux qui pratiquent le travail à distance, 66.5% se déclarent satisfaits. Temps de transport gagné, meilleure concentration et plus grande autonomie : autant de points positifs évoqués. Et 75% affirment que leur manager leur fait confiance pour l’organisation de leur travail à distance.

Autre point essentiel, la technique : 6 salariés sur 10 jugent efficaces les outils et installations dont ils disposent, et estiment que les règles du télétravail sont claires.

Du coup, selon la majorité des salariés interrogés, le terrain collectif fonctionne correctement : 68% estiment que leur entreprise a réussi à maintenir la cohésion au sein des équipes, malgré le confinement.

Mais, pour autant, le « flexible working » n’est pas du goût de tout le monde : 17% des répondants le rejettent catégoriquement ! Ils jugent leurs outils de communication inefficaces ou compliqués, et affirment manquer de soutien managérial… alors qu’il s’agit des deux grands facilitateurs de l’efficacité et de la reconnaissance.

Les « pro » et les « anti » : des profils bien distincts

Parmi les « pro – télétravail » on trouve, de manière plutôt logique, ceux qui le pratiquaient déjà régulièrement : 82% le jugent positif parmi les « habitués », contre 71% parmi ceux qui l’ont découvert pour la première fois. Autre facteur différenciant, le fait d’être un manager ou un managé : les premiers s’affirment nettement plus nombreux (presque 84%) satisfaits du télétravail, contre seulement 75,5% des « managés ».

Le métier dans lequel interviennent ces collaborateurs apparaît également clivant : les fonctions marketing et communication notamment apprécient beaucoup cette nouvelle manière de travailler, qu’ils estiment créatrice de convivialité. Enfin, contrairement à ce que l’on pourrait croire, les collaborateurs les plus âgés (plus de 30 ans d’expérience) sont les plus positifs : près de 84% d’avis favorables… peut-être parce que, pour eux, le télétravail s’effectue sans jeunes enfants à la maison !

Du côté des « anti », on trouve, contrairement à une autre idée reçue, les Millenials : les collaborateurs disposant de moins de 5 ans d’expérience ne sont que 62% à apprécier ce mode de travail, soit presque -5 points que la moyenne. Pour ces débutants dans la vie professionnelle, le besoin de soutien managérial et de lien communautaire avec leurs pairs ne peut être satisfait à distance.

Les hommes, de leur côté, ne sont que 59% à adhérer à ce fonctionnement, boudant notamment les équipements et des règles d’organisation qu’ils jugent insuffisamment claires. Autre surprise : les profils IT n’apprécient guère le travail à distance : 35% ne s’en déclarent pas satisfaits, et demandent plus de soutien managérial. Enfin, c’est dans les secteurs du conseil et de la grande consommation que l’on trouve le moins de collaborateurs favorables au travail à distance : à peine plus de 50% le jugent positivement.

Quel lien avec la performance et la motivation ?

Au total, 74% des salariés qui le vivent aujourd’hui souhaitent que le télétravail perdure après la période de confinement. Mais plus de 40% expriment des doutes sur le fait qu’il favorise leur performance à titre individuel. Même s’ils ont globalement intégré les règles du travail à distance, ils expriment le besoin d’un soutien managérial plus adapté.

La motivation des salariés est régulièrement mesurée depuis 2015 par ChooseMyCompany, via l’HappyIndex®AtWork. Cette motivation repose sur trois piliers : sentiment de reconnaissance individuelle/ confiance dans l’équipe dirigeante/ perspectives d’évolution. Elle avait atteint, en janvier 2020, un pic, puisque 72% des salariés interrogés se déclaraient globalement motivés. Aujourd’hui, pour la première fois depuis 2015, cet indicateur a chuté : il n’atteint plus que 64% depuis début avril 2020.

Si les salariés conservent une confiance identique dans la direction de leur entreprise, le fait de passer au télétravail a dégradé d’autres indicateurs : ils estiment bénéficier aujourd’hui de moins de perspectives d’évolution (-9,7% par rapport à la période octobre 2019 – mars 2020) ont moins le sentiment d’apprendre et de progresser (-8,1%) et se sentent moins reconnus et encouragés (-8,1%). Enfin, la proportion de ceux qui affirment bien comprendre comment leur performance est évaluée a chuté de 9,8%.

Bien sûr, cette diminution ne provient pas uniquement du télétravail : le contexte économique et le confinement pèsent aussi sur le ressenti global des salariés. Mais, puisque la pratique du télétravail va se prolonger, le mode de management qui y est associé va devoir évoluer. Il s’agit de ne pas laisser se dégrader cette motivation des équipes, essentielle pour bâtir la reprise.

« Le télétravail a eu la vertu de permettre à l’activité de continuer, et salariés comme managers ont consenti un gros effort d’adaptation pour y passer aussi massivement. Mais, sur le long terme, ce mode de travail change les relations : dans une visio-conférence, on n’aborde que les dossiers en cours, on va à l’essentiel. L’informel, le ressenti, trouvent difficilement leur place. Sans parler des sujets comme l’évolution de carrière individuelle ou la formation, largement laissés de côté pendant cette période d’urgence. Pourtant, les collaborateurs, justement parce qu’ils travaillent seuls, expriment plus que jamais un besoin de feedback. »

Laurent Labbé et Celica Thellier, co-fondateurs de ChooseMyCompany

Et demain ?

Pour les deux fondateurs, le télétravail fera évoluer, demain, le travail dans trois directions :

  • L’anti-gaspillage. On arrivera à l’heure à ses réunions Zoom, on ne voyagera plus, ni ne perdra son temps dans les transports.  les énergies et le temps seront concentrés sur l’essentiel. Et la contribution de chacun à la performance collective deviendra nettement plus identifiable.
  • L’humain. La réunion à distance génère des comportements vertueux : on s’écoute, on attend son tour, on ne s’interrompt pas. De quoi permettre, peut-être, à des talents jusqu’ici peu visibles de se révéler !  De plus, les bases de la communauté devront être restaurées : la convivialité collective, les échanges informels, et les moments de reconnaissance prendront de nouvelles formes. Le « Vivre ensemble » en entreprise deviendra un bien précieux. On se verra moins, mais on se regardera mieux.
  • La co-responsabilité. L’étude montre l’importance du soutien de la performance individuelle dans le travail à distance. Cette performance se joue à trois niveaux. D’abord, l’entreprise devra adapter ses outils d’évaluation de la performance et du management de carrière. Ensuite, le manager devra, plus que jamais, jouer son rôle de guide : à distance, la formalisation claire des objectifs, des consignes et du partage de savoirs deviennent plus essentiels que jamais. Le collaborateur, de son côté, va devoir apprendre à s’auto-motiver. En se demandant ce qu’on attend de lui, comment il y parvient, avec quels objectifs dans le futur… et comment il décide d’agir, en fonction des réponses à ces questions.

Quelles entreprises ont le mieux pris le virage ?

Sur les 200 entreprises participantes à l’enquête WorkAnywere®, 60 ont obtenu des scores de satisfaction supérieurs à 60% de la part de leurs salariés.

Parmi elles se trouvent l’ADIE (Association pour le Droit et l’Initiative Economique), Dentsu Aegis Network (communication) Giphar (groupement de pharmacies d’officine), Néo-Soft Groupe (conseil IT), Sycomore Asset Management (gestion d’actifs) ou encore Plezi (logiciels pour le marketing de contenu). Le « TOP 60 » complet se trouve ici.

Cette liste montre que réussir le passage au télétravail n’est pas une question de taille d’entreprise ou de secteur d’activité. Certains grands groupes ont fait mieux que les start-ups, et certains acteurs de métiers jugés « traditionnels » (la pharmacie d’officine par exemple) obtiennent de meilleurs scores que des entreprises high-tech. Le facteur différenciant vient de l’usage qui a été fait du télétravail : partout où il a servi à apporter de l’attention aux collaborateurs, ceux-ci l’ont ressenti et se déclarent satisfaits.

Laurent Labbé et Celica Thellier

A propos de ChooseMyCompany

ChooseMyCompany recueille, analyse et publie des avis certifiés de salariés, stagiaires, apprentis et candidats.

Grâce à ChooseMyCompany:

  • les organisations améliorent leurs pratiques internes et la motivation des équipes tout en développant leur attractivité de manière authentique.
  • le grand public accède à des informations plus claires et plus riches sur les organisations qui les intéressent

Entreprise à Mission au sens de la loi Pacte, ChooseMyCompany contribue à l’amélioration de la relation au Travail. Pour chaque individu et chaque organisation.

Créé en 2011, ChooseMyCompany accompagne 1000 entreprises et organisations en 2020, de toutes tailles et de tout secteurs, en France et à l’international.

La Rédaction
La Rédaction

La Rédaction

HR Voice, un Webzine RH dédié à ceux qui veulent comprendre, débattre, répandre, entendre et faire entendre ! L’ambition de HR VOICE est de faire l’actualité RH en ayant comme leitmotiv une ligne éditoriale exigeante et innovante. www.hr-voice.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.