Seuls 54% des actifs français jugent la formation professionnelle proposée par leur employeur efficace

Au cœur des enjeux dans un contexte d’évolutions technologiques et organisationnelles rapides, la formation professionnelle revient aujourd’hui sur le devant de la scène. La crise sanitaire a, en effet, fait émerger des besoins d’ajustements immédiats des modes de travail et de management, et entraîné le recours quasi généralisé à de nouveaux outils, afin notamment de garantir la continuité de l’activité des entreprises même à distance.

La formation professionnelle répond-elle aujourd’hui aux attentes et aux besoins des actifs français ? La récente étude Michael Page/Page Personnel – IFOP donne un premier éclairage.

Un lien ténu entre révolution du quotidien professionnel et besoins de formation

Selon l’étude Michael Page/Page Personnel – IFOP  sur « Les grandes tendances du marché du travail » [1], 66% des actifs occupés ont intégré de nouveaux outils de travail dans leur quotidien professionnel au cours des 3 dernières années. 64% ont par ailleurs connu un élargissement de leurs missions, tandis que 34% indiquaient avoir fait l’expérience de nouveaux environnements de travail à l’aube du confinement. La crise du covid-19 est apparue comme un accélérateur du changement sur différents plans, imposant par exemple le basculement en télétravail et par rebond l’utilisation de nouveaux outils, l’adaptation des méthodes de travail (gestion du temps, travail collaboratif et à distance, …) et des approches managériales. 

Ces changements révolutionnent le quotidien des actifs français et font émerger des besoins de formation toujours plus importants. Oui, mais… Dans les faits, aujourd’hui, seuls 54% des actifs occupés (52% des cadres) jugent efficace l’accompagnement proposé par leur employeur pour les soutenir dans l’évolution de leurs missions.

La formation professionnelle, un outil clé pour accompagner la compétitivité des entreprises

Parmi les accompagnements prioritaires attendus pour faire face au changement, les répondants citent en premier des formations permettant d’élargir les compétences  techniques  ou  comportementales  dans  leur  métier  actuel (23%) et  des formations permettant de développer des compétences pour accéder à de nouveaux métiers (18%). Enfin, 11% des actifs en poste souhaitent disposer de plus d’informations quant à l’utilisation de leur CPF (Compte Personnel de Formation). 

Le recours à la formation professionnelle continue est un prérequis pour garantir la performance des salariés et la compétitivité des entreprises. Il est essentiel, en cette période particulière, que chacun soit sensibilisé aux dispositifs mis en place dans et hors de l’entreprise pour accompagner le développement des compétences, clé du maintien dans l’emploi à long terme.  

Isabelle Bastide, Présidente de PageGroup France 

Le Gouvernement mobilisé pour soutenir la formation professionnelle

Le lien entre formation et performance, plus encore dans le contexte inédit de confinement, n’a pas échappé au gouvernement, qui a annoncé, le 14 avril dernier, le remboursement à 100% des formations pour les salariés en chômage partiel, sur simple demande auprès des Direccte.

Toujours accessible aux salariés pour suivre une formation qualifiante ou certifiante, réaliser une validation des acquis de l’expérience (VAE), un bilan de compétences, ou encore pour être accompagné dans la création d’une entreprise, le Compte Personnel de formation pourrait également se révéler intéressant dans ce contexte qui incite à la réflexion. Néanmoins, le manque d’information perçu au sujet de cet outil ne contribue pas à une bonne appropriation : il ressort en effet que l’utilisation du CPF n’est aujourd’hui jugée efficace que par 38% des actifs occupés et 29% des cadres.

Pourquoi la formation des équipes d’encadrement est-elle essentielle ?

De par leur fonction, les cadres sont au cœur de la transformation dans l’entreprise et au centre de la conduite du changement. :

  • 77% d’entre eux ont dû gérer au cours des 3 dernières années l’intégration de nouveaux outils de travail (+11 points par rapport à la moyenne des actifs), 
  • 71% un élargissement de leurs missions (+7 pts), 
  • 67% la mise en place de nouvelles réglementations (+10 pts) 
  • 51% ont expérimenté de nouveaux environnements de travail (+17 pts)

Étude réalisée en février 2020 par Michael Page & Page Personnel, cabinets de recrutement et d’intérim spécialisés, en partenariat avec l’IFOP sur un échantillon de 1824 actifs occupés, dont un sur-échantillon de 1004 cadres.

À propos de PageGroup

PageGroup, leader du recrutement et de l’intérim spécialisés, s’appuie sur plus de 700 consultants répartis au sein de 20 bureaux pour une présence de proximité sur tout le territoire. L’expertise de PageGroup se décline à travers 4 marques phares : Page Executive (cadres dirigeants), Michael Page (cadres confirmés), Page Personnel (ETAM & cadres de 1er niveau) et Page Outsourcing (spécialiste du RPO).

La Rédaction
La Rédaction

La Rédaction

HR Voice, un Webzine RH dédié à ceux qui veulent comprendre, débattre, répandre, entendre et faire entendre ! L’ambition de HR VOICE est de faire l’actualité RH en ayant comme leitmotiv une ligne éditoriale exigeante et innovante. www.hr-voice.com