La gestion du temps selon la règle de Saint-Benoît

Le temps s’écoule-t-il uniformément pour les moines et le monde ? Comment s’inspirer de la règle de Saint-Benoît pour gérer son temps en entreprise ? Lors d’une conférence organisée par l’APDC et animée par Pascal Ferron, vice-président de Walter France, les intervenants en ont tiré quelques enseignements au quotidien.

Plus les nouvelles technologies nous envahissent, plus le diktat de l’immédiateté s’impose. Les séminaires de gestion du temps ont toujours autant de succès. Et pourtant, rares sont ceux qui se déclarent pleinement satisfaits de leur gestion du temps. Le rapport au temps est un sujet quasi philosophique. La règle de Saint-Benoît, écrit par un jeune noble italien en 537, est une des plus célèbres règles monastiques qui organisent la vie des moines, à travers 73 chapitres. Elle structure deux grandes fonctions : une fonction de législation (organiser la vie quotidienne et régir les rapports au sein de la communauté), que l’on pourrait comparer aux règles de gouvernance et aux règlements intérieurs de nos entreprises ; et une fonction spirituelle (guider la prière du croyant, et notamment du moine), que l’on pourrait rapprocher des préoccupations actuelles de recherche de sens, très en vogue dans toutes les structures, pour favoriser la motivation profonde des salariés.

1500 ans plus tard, on se rend compte que l’on n’a rien inventé…

 

Le premier mot de la règle, c’est l’écoute

Patrice Cros, auteur et producteur d’un documentaire sur le temps et la règle bénédictine, rappelle que le silence était l’une des règles d’or. Parler pour ne rien dire était même puni…. Vous imaginez aujourd’hui ? Le silence permet avant tout de se recentrer sur soi, et aussi d’être plus attentif aux autres. Si l’on considère les multiples sollicitations sonores que nous subissons tous – bruits de la ville, bruit des écouteurs sur les oreilles, bruits des conversations – pas étonnant que le cerveau se rebiffe de temps en temps au travers de dépressions ou autres burn-out (syndrome d’épuisement professionnel).

Se réserver des temps de silence permet de gagner en sérénité, tout en augmentant son efficacité.

 

Compartimenter et rythmer ses journées

Chez les moines, la règle impose un temps pour tout : temps pour la prière, temps pour les repas, temps pour le travail, temps pour soi… Ces principes du premier millénaire n’ont rien à envier aux règles de gestion du temps enseignées de nos jours : planifier ses tâches, fixer une limite de durée, et la respecter.

Quel dommage que nous n’ayons pas, comme ces moines, une cloche qui sonne pour signaler l’arrêt de l’activité en cours ! Chez les moines, quand la cloche sonne, tout le monde s’arrête et passe à l’activité suivante. Aucun retard, aucune dérogation n’est tolérée.

 

La discipline, secret de la maîtrise du temps

Il ne vient à aucun moine l’idée de continuer son activité et d’arriver en retard au repas en s’excusant à peine auprès du Père Abbé. Inenvisageable ! Pour Pascal Ferron, les comptables en entreprise, et les experts-comptables, subissent le temps. Les échéances des contraintes législatives et règlementaires, le temps des clients, le temps des patrons qui, manifestement, ne connaissent pas bien la règle de Saint-Benoît… Ce temps subi rend esclave du temps. La différence avec les moines : ils acceptent le temps réglé.

 

Le temps des rituels et des saisons et le temps multiple en entreprise

La nature vit au rythme des saisons, le règne animal et le règne végétal acceptent ce rythme naturel et s’y adaptent. Ils ne s’énervent jamais, eux. Les moines ont leurs temps liturgiques : le temps de l’Avent, le temps de Noël, le temps du Carême, le temps Pascal, le temps ordinaire… auxquels il n’est pas question de déroger.

Pour Dominique Guyot, directeur des comptabilités chez Total, les services comptables ont eux aussi leurs rituels : le temps de l’élaboration du budget, le temps du reporting mensuel, trimestriel, le temps de la présentation des résultats… Mais ils doivent gérer un temps multiple : les temps longs pour les plans stratégiques, les temps courts pour les prévisions mensuelles, etc.

 

L’essentiel et l’accessoire, l’urgent et l’important

Pour les moines, leur raison d’être, c’est la prière. Donc tout est organisé autour de cette priorité absolue. Cela peut même aller, par exemple, à faire en sorte qu’une gâchée de béton sèche entre deux offices.

En entreprise, si fixer des priorités n’est pas trop difficile, les respecter et s’organiser en conséquence est une gageure. Les perturbations, les sollicitations multiples donnent du pouvoir à la dictature de l’immédiateté. Quand une demande vient « d’en haut », ou d’un client, il faut y répondre, on doit le faire. Quel délai se fixe-t-on pour répondre à un mail ? Aujourd’hui, ne pas réagir dans la journée est malheureusement souvent considéré comme un manque de réactivité, donc de professionnalisme… A l’inverse, un père abbé bénédictin indique que dans sa communauté, répondre à un mail peut prendre une année. Eh oui, le temps de bien réfléchir à la réponse ! C’est un autre monde. Plus la question est importante, moins le temps l’est.

 

Faire du temps un allié

Nous sommes tous égaux face au temps, et nous ignorons le temps de notre départ. « Vivez tous les jours comme si vous aviez la mort devant les yeux, et un jour vous aurez raison ». Pour Patrice Cros, la règle de Saint-Benoît nous apprend la patience, l’attente, l’attention aux autres, être présent aux présents. Pour Dominique Guyot, c’est une grande leçon d’absence d’éparpillement, une très grande absence d’urgence, et l’absence de procrastination, qui contribuent à « l’unification » de la personne.

Pascal Ferron conclut : « Gagner du temps grâce aux outils technologiques de plus en plus performants ne résout pas notre rapport individuel au temps. Le sujet est universel et inépuisable. Plus tout va vite tout autour de nous, plus nous devons nous discipliner sur la gestion de nos différents temps et surtout s’efforcer de laisser du temps pour soi, pour la réflexion, pour sa famille… pour faire ce dont on a envie. Bien gérer son temps revient à conduire sa vie de la manière la plus pertinente pour chacun de nous ; c’est le travail de… toute une vie, et sûrement plus. »

* Association des Professionnels et Directeurs Comptabilité et gestion

 

 

Walter France en quelques chiffres

  • un réseau fédéraliste de 85 bureaux en France, y compris les départements d’Outre-Mer (Guadeloupe et Réunion)
  • date de création : 1974
  • 110 associés et 1050 collaborateurs
  • un siège basé à Paris avec une équipe de permanents
  • chiffre d’affaires : 95 millions d’euros

 

Walter France est membre d’Allinial Global International

  • 137 cabinets
  • 381 bureaux
  • 17096 collaborateurs et associés partout dans le monde
  • chiffre d’affaires : 2,5 milliards de dollars US
La Rédaction

La Rédaction

HR Voice, un Webzine RH dédié à ceux qui veulent comprendre, débattre, répandre, entendre et faire entendre !
L’ambition de HR VOICE est de faire l’actualité RH en ayant comme leitmotiv une ligne éditoriale exigeante et innovante.
www.hr-voice.com
La Rédaction
La Rédaction

La Rédaction

HR Voice, un Webzine RH dédié à ceux qui veulent comprendre, débattre, répandre, entendre et faire entendre ! L’ambition de HR VOICE est de faire l’actualité RH en ayant comme leitmotiv une ligne éditoriale exigeante et innovante. www.hr-voice.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *