1 cadre sur 3 a déjà démissionné suite à une mauvaise intégration

Si les cadres ont aujourd’hui le pouvoir de choisir leur entreprise, ils ont également celui de la quitter. Afin d’éviter de réduire à néant les efforts déployés pour les séduire et les recruter, les entreprises ont donc tout intérêt à ne pas rater la première marche : celle de l’intégration ! En ont-elles toutefois conscience ? Quelles sont leurs pratiques en la matière ? Ont-elles établi des processus d’onboarding ? Sont-ils réellement efficaces ? Cadremploi apporte des éléments de réponses dans sa dernière enquête menée auprès de 1012 cadres français¹.

Le manager et l’équipe : les premiers repères donnés au nouveau collaborateur

Les entreprises jouent avant tout la carte de la proximité plutôt que celle de la solennité quand il s’agit d’accueillir une nouvelle recrue. En effet, 77% des cadres déclarent en effet avoir été accueillis par leur manager et non par exemple par les ressources humaines.

Dans cette lignée, les entreprises privilégient la communication auprès des collaborateurs directs, puisque 87% des personnes interrogées ont été présentées à leur équipe et 83% à l’ensemble de leur service. En revanche, cette tendance tombe à 63% quand la question porte sur les autres services de l’entreprise.

Si l’accueil est donc plutôt bien soigné, il est également bien anticipé : 83% des cadres déclarent en effet que leur arrivée avait été communiquée en amont à leurs équipes et 80% à leur service. Toutefois, à l’instar de l’item précédent, des efforts restent à fournir à l’échelle de l’entreprise tout en entière, puisque seulement 47% des cadres estiment que leur arrivée avait été communiquée aux autres services…

Des parcours d’intégration qui ne sont pas systématiques

Bien que les premiers pas dans l’entreprise semblent plutôt bien maîtrisés, la suite du programme est en revanche moins évidente : seulement 46% des cadres estiment en effet avoir eu un véritable parcours d’intégration à leur arrivée tandis qu’une majorité déclare que leur employeur n’organise pas de matinée / journée dédiée (57%) ou qu’il n’a pas mis en place un processus formalisé (54%).

Par ailleurs, quand ce parcours existe, il est globalement classique et peine à aller au-delà des incontournables: la visite des locaux (69%), la présentation de l’entreprise par un membre de la direction (56%), la présentation du poste (55%) et/ou un petit-déjeuner ou un déjeuner avec tous les nouveaux arrivants (52%).

Les activités avec les collaborateurs arrivés récemment sont, elles, plus marginales (18%). C’est également le cas des parrainages au sein de l’entreprise qui sont actuellement pratiqués par seulement 11% des entreprises selon les cadres interrogés ou encore l’organisation d’événements tels que des afterworks pour favoriser la cohésion d’équipe (29%).

D’une manière générale, il faut noter que ce sont aujourd’hui les grandes entreprises qui formalisent le plus ce type de processus d’onboarding ; une tendance qui parait logique puisque ce sont elles qui disposent a priori des moyens les plus confortables, tant humains que financiers, pour déployer des actions de plus grande envergure.

Des manquements qui peuvent malheureusement coûter cher…

Si les résultats de l’enquête permettent de faire un état des lieux des processus d’onboarding mis en place dans les entreprises, ils démontrent également toute l’importance qu’il faut y accorder : 33% des cadres déclarent en effet avoir déjà démissionné suite à une mauvaise intégration, dont 65% dans les 6 mois qui ont suivi leur arrivée !

Au-delà des parcours d’intégration, il existe pourtant d’autres processus qui mériteraient d’être mis en place de manière plus systématique. C’est notamment le cas des entretiens de mi-parcours réalisés lors de la période d’essai qui permettent justement d’identifier les éventuels points de blocage et les solutions pour y remédier. Or aujourd’hui,seuls 35% des cadres ont déjà eu ce type de RDV…

« Bien qu’elles soient conscientes de l’importance qu’il faut accorder à l’intégration des nouveaux collaborateurs, les entreprises semblent encore un peu timides sur le sujet. Or, la mise en place de vrais processus d’onboarding est aujourd’hui un élément clé pour la fidélisation de leurs talents mais également un levier permettant de développer leur marque employeur. Les entreprises ont une véritable carte à jouer : dans un contexte de guerre des talents, elles ont tout intérêt à s’investir davantage sur le sujet pour se démarquer de leur concurrent ! ».

Elodie Franco Da Cruz, Chargée d’études chez Cadremploi.

À propos de CADREMPLOI :

Cadremploi est le 1er site emploi privé pour les cadres en France. Véritable média de recrutement, Cadremploi met tous les moyens en œuvre pour aider les cadres à avoir l’ambition d’être heureux : la consultation de plus de 12 000 offres d’emploi, le dépôt de CV auprès de 15 000 recruteurs, la création d’alertes email, la recommandation d’offres en fonction de ses recherches, l’accès à des contenus de qualité (enquêtes, décryptages, conseils, modèle de lettres, droit du travail …).

Tous les mois, 1 cadre français sur 2 visite Cadremploi (source MNR) et 7 offres cadre sur 10 publiées en France le sont sur Cadremploi.

Cadremploi figure dans le Top 5 des sites préférés des Français dans la catégorie « Emploi/Formation » du baromètre NetObserver réalisé en Automne 2018 par Harris Interactive.

La Rédaction

HR Voice, un Webzine RH dédié à ceux qui veulent comprendre, débattre, répandre, entendre et faire entendre !
L’ambition de HR VOICE est de faire l’actualité RH en ayant comme leitmotiv une ligne éditoriale exigeante et innovante.
www.hr-voice.com
La Rédaction
La Rédaction

La Rédaction

HR Voice, un Webzine RH dédié à ceux qui veulent comprendre, débattre, répandre, entendre et faire entendre ! L’ambition de HR VOICE est de faire l’actualité RH en ayant comme leitmotiv une ligne éditoriale exigeante et innovante. www.hr-voice.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *