Startup RH de la semaine : « Le bien-être est un instrument de performance et cela se mesure »

La Startup RH de la semaine by le LAB RHLe bien-être au travail est depuis quelques années un élément central dans les politiques de ressources humaines des entreprises. C’est un principe bon en soi mais qui est surtout pour l’entreprise un axe de performance. Et comme tout outil de performance il est utile de mesurer son impact et de le mesurer convenablement. 

On n’améliore que ce que l’on mesure

Un bon état d’esprit est un critère pour une bonne performance et selon un adage connu on n’améliore que ce que l’on mesure. Donc mesurer l’état d’esprit s’annonçait comme indispensable. Beaucoup d’entreprises le font déjà aujourd’hui avec des baromètres sociaux classiques qui fournissent certes des informations nécessaires à l’entreprise mais ne répondent pas à la nécessité d’être réactif dans le management. Les résultats des questions posés aux salariés sont dans ces cas là très liés au moment de la réponse. Il est évident que si vous venez d’annoncer une chute des bénéfices de votre société, le moral va probablement être impacté fortement les jours suivants. La solution qui semble dons la meilleure est de poser moins de questions mais plus régulièrement aux salariés. Nous le faisons sur la base de 5 questions différentes par semaine. Nous faisons une analyse continue. Car aussi il est plus facile de repérer des modèles d’évolution dans le temps.

L’apport de la data dans le management du bien-être

Avoir de la data objective est un moyen d’améliorer l’analyse climat social pour plusieurs raisons:

  • des data d’environnement permettent de corriger le ressenti des salariés par l’environnement qu’il connaît à ce moment et qui peut fortement l’influencer dans sa réponse. S’il pleut depuis trois semaines il y a de fortes chances pour que vous répondiez plus négativement que dans une autre situation.
  • des data dans l’entreprise sont des reflets objectifs de comportement ou bien de situations connues par les salariés. Par exemple une quantité de mails échangés au sein d’une équipe peut être un indicateur objectif de sur ou sous charge de travail et donc un facteur explicatif de l’état d’esprit des salariés.
  • des indicateurs qualitatifs comme l’événementiel interne et externe de l’entreprise pour connaître l’impact d’événement et de décision prises par l’entreprise ou son environnement

Ces différentes données peuvent non seulement être des clés de lecture du mood des salariés mais aussi des éléments correctifs pour des indices non biaisés.
Enfin réussir à faire le lien entre bien-être et performance En effet en tant que catalyseur de la performance il est important de savoir comment améliorer le bien-être pour améliorer la performance : pour activer les bons leviers. Ainsi nous récupérons des data de performance de l’entreprise à travers ses KPIs et grâce à la data science et au machine learning nous pouvons trouver les corrélations entre les différents indicateurs. Ainsi entre pour le retail il sera intéressant pour un directeur de magasin de savoir quelle action simple peut améliorer l’engagement par exemple pour un impact positif sur le panier moyen. De la même manière dans une usine pour savoir comment améliorer le taux de qualité grâce à l’humain.
Trop longtemps les outils de baromètre social sont restés sur un coin de table. Aujourd’hui avec Octomine c’est un vrai outil de pilotage de la performance et du pilotage du management. C’est un moyen pour un manager de proximité d’animer la vie de son équipe et pour un RH ou un dirigeant de trouver les ingrédients pour une meilleure adhésion des salariés.

Alexandre Cornu

Alexandre Cornu

Co-fondateur chez Octomine
Nous permettons via notre outil digital une estimation en continu de l'état d'esprit des collaborateurs d'une entreprise : une communication bottom-up autant que top-down permet aux entreprises de mieux performer.
Alexandre Cornu
Alexandre Cornu

Alexandre Cornu

Nous permettons via notre outil digital une estimation en continu de l'état d'esprit des collaborateurs d'une entreprise : une communication bottom-up autant que top-down permet aux entreprises de mieux performer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *