Retour au bureau & QVT : 5 clés pour mieux comprendre les enjeux de la communication interne à l’heure du déconfinement

Alors que débute lundi 14 juin la Semaine pour la qualité de vie au travail, les chiffres de l’observatoire “Vie au travail” Viavoice – La Mutuelle familiale – BloomTime et franceinfo publié aujourd’hui mettent en évidence la fracture créée par la crise sanitaire : 45% des cadres et 35% des salariés disent avoir le sentiment de moins faire partie du collectif humain.

Après de longs mois de télétravail forcé, l’assouplissement des règles depuis le 9 juin est une opportunité pour retisser ces liens en augmentant le nombre de jours en présentiel. Mais cela sera-t-il suffisant ? Certainement pas. Pour recréer la proximité attendue par les collaborateurs et restimuler l’attachement à l’entreprise, il faudra certainement revoir aussi nos pratiques en matières de communication interne en s’inspirant des enseignements tirés de la crise.

Et pour cause, en un an, le télétravail a bouleversé l’organisation du travail, les pratiques managériales, les relations entre collègues… Le retour des collaborateurs au bureau est donc un défi de taille pour les responsables RH et Communication qui doivent préparer l’ère post-vaccination. Quelle communication interne dans un nouveau monde du travail hybride ? Comment réussir sa transition du distanciel au présentiel ? Comment remobiliser les collaborateurs ? Et comment recréer une cohésion d’équipe jusqu’alors distendue ?   

1/ Revenir aux fondamentaux

La réplique culte dans le film le Guépard de Visconti : « Il faut que tout change pour que rien ne change » résume assez bien le premier enseignement, à savoir que la crise nous invite à revenir aux fondamentaux et donc à vérifier que les objectifs de communication interne soient bien alignés avec les besoins réels des collaborateurs. Pour schématiser, est-ce qu’on s’adresse bien au cerveau, au cœur et au muscle de chacun ? De la réponse à ces questions découlent 3 chantiers prioritaires pour remobiliser les équipes : remettre à niveau les connaissances, créer de l’émotion et inciter à l’action.

2/ Synchroniser sa communication en adoptant une démarche collaborative

Avec les confinements successifs, les périodes d’activités partielles, on a observé un décrochage chez certains collaborateurs. Chacun a vécu sur des rythmes différents, sur des projets différents avec une charge de travail variable. Aujourd’hui, il faut resynchroniser tout le monde : les dirigeants avec les collaborateurs, les équipes entre elles… La synchronisation est la clé pour la compréhension et l’adhésion aux décisions du management, pour l’appropriation par l’interne du projet de l’entreprise, de sa vision, de ses axes de développement prioritaires. Il est recommandé d’avoir ici une démarche collaborative au sens « inclusive » – et non plus Top Down comme c’est encore trop souvent le cas – grâce  à l’écoute des collaborateurs. Comment ? En intégrant dans la réflexion dès le départ les populations auxquelles on s’adresse, leurs caractéristiques propres, leurs centres d’intérêts pour définir les thématiques et sélectionner les sujets prioritaires à adresser. La boîte à outils du design thinking peut s’avérer très utile dans cette démarche.

3/ Développer une communication interne en temps réel… grâce à l’audio !

Zoom, Teams, Slack, … si la crise a démocratisé de nombreuses solutions digitales pour interagir en instantané, la communication interne ne peut s’en contenter. On ne peut déclarer qu’une information a été passée parce qu’un post a été fait sur le réseau social de l’entreprise ou le message envoyé sur le canal de la messagerie interne. Pourtant cette communication en temps réel est une nécessité dans un monde incertain et mouvant. Et l’audio numérique, que ce soit sous format podcast ou en mode live radio, est particulièrement bien adapté à l’oralité de ce type de communication : c’est le modèle de « l’info continue ». A défaut de pouvoir rassembler leurs collaborateurs physiquement, au même moment, au même endroit, certaines entreprises y ont eu recours pendant la crise pour véhiculer des informations internes avec des résultats très intéressants. A l’heure du déconfinement, cette solution semble plus que jamais en adéquation avec les nouvelles attentes des collaborateurs. C’est un media du quotidien, de proximité, peut-être le plus humain car ouvert à la spontanéité, au « parlé vrai ». La voix est un support particulièrement puissant dans un contexte où l’on a besoin de remettre de la chaleur dans les relations professionnelles : elle transmet à la fois des émotions et du fond, elle favorise l’incarnation.

4/ Accompagner le manager de proximité

Le manager de proximité est un acteur clé dans la réussite de la remobilisation des salariés sur leur lieu de travail. Ce rôle fortement mis à mal durant la crise doit retrouver sa place centrale de relai de la communication interne au sein de la structure. Pour ce faire, il est important de les accompagner pour les aider à créer de nouveaux rituels au travers, par exemple, d’ateliers de co-développement organisés par les équipes RH ou via des dispositifs de formation aux nouvelles méthodes de management hybride qui deviendra vraisemblablement la norme pour bon nombre d’entreprises à la rentrée. L’objectif ? Ne pas les laisser isolés fasse au traitement de la communication interne, leur faire comprendre que la communication aujourd’hui ne doit plus être verticale mais horizontale. Au de-là des principes, il s’agit de les encourager à anticiper concrètement les besoins d’information de leur équipe à la rentrée : sur quels sujets prendre la parole ? sous quel format ? avec quels messages clés ?…  De nombreux outils, inspirés des méthodes agiles, permettent aujourd’hui de mettre en place ces rituels de communication interne plus informels pour mieux répondre à l’évolution des attentes en matière de relation au travail.

5/ Réinventer les événements d’entreprise

La fin du déconfinement marquera, on l’espère, la reprise de tous les évènements d’entreprise que sont les conventions de rentrée et autres séminaires. Après plus d’un an à distance, c’est un moment de retrouvailles attendus par tous qu’il ne faut pas négliger mais surtout qu’il faut réinventer ! Avec les contraintes sanitaires toujours présentes, l’évènement hybride – public restreint et audience en ligne – sera la norme pour les mois à venir. Le digital favorise l’information, le physique apporte l’émotion. Il faudra réussir à les associer et non à les opposer. C’est la logique même des concepts « hybrides ». Dans ce cadre, il faudra privilégier dans un premier temps les formats « small meeting » (format plus petit mais plus réguliers) ou encore « roadshow » (qui consiste à aller à la rencontre des collaborateurs plutôt que de les faire venir) pour favoriser le partage, la proximité et l’échange.

Joël Duru

Expert en marque employeur, en stratégies d’attraction de talents, en communication interne et corporate, il participe en mai 2021 à la création du Groupe La Phratrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.