Le cynisme de la bienveillance

Avez-vous remarqué comment, en à peine deux ans, le mot « bienveillance » est entré au panthéon des mots corporates. Il est mis à toutes les sauces. Bienveillance par ci, bienveillance par là, tout le monde est bienveillant. Est-ce que pour autant le monde a changé ?

La considération, l’écoute, l’attention portée à autrui se sont-elles proportionnellement développées en entreprise sous l’impulsion de la bienveillance ?

Le management a-t-il évolué vers une prise de recule salutaire qui ferait de la place aux différences, à l’encouragement, à l’empathie ? 

Est-ce que cette époque si bienveillante a changé l’horloge du temps au profit d’un temps plus humain compatible avec toutes les formes de vie prises en otage par le diktat du « tout, tout de suite » ? 

Il ne faut pas réfléchir longtemps pour constater que la bienveillance est, la plupart du temps, vide d’humanité dans les organisations. Alors même qu’elle devrait se pratiquer en toute discrétion et humilité, elle s’affiche sur papier glacé, envahit les argumentaires « marque employeur », « les raisons d’être » tant à la mode, illustre les stratégies de onboarding et commence même à influencer les programmes de formation en management. 

La bienveillance, c’est comme la générosité et l’amour, il y a ceux qui en parlent beaucoup et ceux qui pratiquent vraiment en toute sincérité. En clair, il n’y a que des preuves de bienveillance. 

Une entreprise quelle que soit sa taille, qui veut se revendiquer d’une âme bienveillante doit l’assumer totalement au risque d’être clouée au pilori de la démagogie. 

L’assumer commence par l’exemplarité de tous les dirigeants et de tous les managers sans exception. Il suffit d’un pervers, d’un manipulateur, d’un brutal, d’un vulgaire pour que toute l’ambition s’effondre. 

L’assumer nécessite aussi de revisiter ses modes d’évaluation au profit du Management Pygmalion (cf « la révolution du non ! aux éditions Eyrolles) et de développer un leadership spirituel porteur de sens humain qui permet à chacun de prendre place, c’est-à-dire de trouver sa place. 

L’assumer réclame de faire sienne l’inclusion des différences, quelles qu’elles soient, au nom d’une culture d’entreprise partagée qui unit et fédère la Tribu humaine que l’on incarne. 

L’assumer enfin, impose du courage pour savoir traiter les actes de « non-bienveillance » tels que le harcèlement, le manque de politesse et de courtoisie, le stress, le racisme ou encore toutes formes de placardisation… 

On a eu, pendant un temps, les tentatives du bonheur déclinées sous forme de Directeurs du bonheur, garant d’une doxa de la joie de vivre en entreprise, fort heureusement, cette mascarade a été vite démasquée. Aujourd’hui on a la tartufferie de la bienveillance qui fait des dégâts considérables et discrédite le monde professionnel. 

Contrairement au bonheur, la bienveillance est perverse car elle est acceptable partout et pour tous. Elle ne relève pas de la seule sphère intime et privée comme le bonheur justement mais de l’éducation, du savoir être et du savoir vivre. En claire elle est élémentaire et fondatrice de la relation humaine. 

La réalité objective de la gestion des ressources humaines impose un examen de conscience salutaire et une réflexion profonde sur la capacité des entreprises à développer des rapports bienveillants, cordiaux … NORMAUX tout simplement. Aujourd’hui, on bat des records de burnout et de bore out, de stress au travail, de souffrances diverses… Cherchez l’erreur ! 

A force de s’appuyer sur des mots béquilles, l’entreprise finit par se vider de toutes aspérités susceptibles de venir nourrir une vraie relation de confiance avec ses parties prenantes. 

En clair, un grand oui à la bienveillance qui se vit naturellement sans avoir besoin de la brandir comme un passe-droit en moralité. Si on veut sortir des mots creux et autres discours « tarte à la crème », il faut oser privilégier la force des actes et des engagements. Avis aux communicants, complices de ce cynisme ambiant. 

La Bienveillance ne doit pas donner bonne conscience, elle est conscience de soi.

Didier Pitelet
Les derniers articles par Didier Pitelet (tout voir)
Didier Pitelet

Didier Pitelet

Reconnu comme l’un des meilleurs experts européens en communication et en management, Didier Pitelet, après 16 ans passés chez Publicis à la tête de plusieurs entreprises de conseil et de communication, a fondé en 2006 Onthemoon puis a lancé en 2019, une nouvelle adresse, La Maison qui rassemble : Henoch Consulting, MoonPress et StudioMP2 dédiées à tous les enjeux de culture d’entreprise et change management. Il est Président du Cercle du Leadership. Ses ouvrages et tribunes développent depuis plus de vingt ans les enjeux de gouvernance d’entreprise et de management des relations humaines pour les années à venir. Auteur d’une dizaine d’ouvrages, il a publié en mars 2016 aux éditions Eyrolles « Le Pari de la Culture, petit éloge de la culture d’entreprise », préfacé par Matthieu Ricard et dès janvier 2020, sortira son nouvel ouvrage « La Révolution du Non ! » aux éditions Eyrolles qui rappelle que l’entreprise peut encore être un lieu de vie en échos à l’envie d’être des nouveaux humains.

Une pensée sur “Le cynisme de la bienveillance

  • Avatar
    5 mars 2020 à 10 h 55 min
    Permalink

    Je salue la justesse de votre article lequel vient aussi faire écho à la charte de bientraitance dans les hôpitaux. Quant à l’inclusion des différences, être heureux au travail, les valeurs de l’entreprise, impliquent des remises en question personnelles qu’il faut être prêt à faire, en actes et vérités ou vouloir les faire ! Parlez ou incarnez la bienveillance, il convient d’assumer. Incarnons nous au commencement et vis à vis de nous même, cette bienveillance ou bientraitance ? Sommes-nous juste capable d’être en lien, d’accueillir, d’accepter, nos propres émotions, nos besoins insatisfaits et poser des actes vers un alignement plus justes avec nous-même ?

    Voilà un vaste sujet d’enjeu publique, selon moi.

    Merci pour votre point de vue sur le sujet.

Commentaires fermés.